Focus sur les troubles du neuro-développement ou TND

Les troubles du neuro-développement (TND) décrivent un groupe de conditions qui ont un impact sur le développement normal du système nerveux, y compris le cerveau et le système nerveux périphérique. Ils peuvent affecter la capacité d’une personne à communiquer, à apprendre, à percevoir et à interagir avec le monde qui l’entoure.

Les  troubles du neuro-développement regroupent ainsi les troubles de la communication, le trouble du spectre de l’autisme (TSA), le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H), les troubles spécifiques des apprentissages, les autres troubles neurodéveloppementaux spécifiés et non spécifiés et enfin le handicap mental. Ils sont caractérisés par des déficits du développement qui entraînent une altération du fonctionnement personnel, social, scolaire ou professionnel.

Contrairement aux idées reçues, aucun des troubles du neuro-développement n’est une maladie mentale ou un trouble mental. Il est important de reconnaître et de valider les expériences des personnes sujettes à des troubles du neuro-développement, et de soutenir leur accès aux soins et aux services de soutien appropriés. Il est également important de sensibiliser le public à l’existence des troubles neuro-développementaux et de promouvoir une culture d’inclusion et de compréhension.

Ils sont définis par la DSM-5 comme : « un ensemble d’affections qui débutent durant la période du développement, souvent avant même que l’enfant n’entre à l’école primaire ; ils sont caractérisés par des déficits du développement qui entraînent une altération du fonctionnement personnel, social, scolaire ou professionnel ».

Caractérisé par un certain degré d’altération du comportement social et de la communication ainsi que par des centres d’intérêt et comportements restreints et répétitifs.

D’autres caractéristiques se manifestent par des modes atypiques d’activités et d’attitudes, comme la difficulté à passer d’une activité à une autre, une focalisation sur des détails et des réactions inhabituelles à des sensations.

Les capacités et les besoins sont variables et peuvent évoluer au fil du temps, alors que certaines personnes autistes sont capables de vivre en toute autonomie, d’autres ont à vivre avec des handicaps plus importants nécessitant un accompagnement adapté et une aide toute la vie durant.

Le trouble du spectre de l’autisme persiste à l’âge adulte, en entraînant une altération du fonctionnement social, universitaire et professionnel.

Fiche en cours d’enrichissement.

Caractérisé par des niveaux handicapants d’inattention, de désorganisation et/ou d’hyperactivité-impulsivité. L’inattention et la désorganisation entraînent une incapacité à rester sur une tâche, l’impression que le sujet n’écoute pas etc.

L’hyperactivité-impulsivité se traduit par une activité excessive, le fait de remuer, l’incapacité de rester assis, le fait de faire irruption dans les activités des autres personnes et une incapacité d’attendre.

Pendant l’enfance, le trouble déficit de l’attention/hyperactivité et des troubles qui sont souvent considérés comme « externalisés » se chevauchent fréquemment ; il s’agit notamment du trouble oppositionnel avec provocation et de trouble des conduites.

Le TDAH persiste souvent à l’âge adulte, en entraînant une altération du fonctionnement social, universitaire et professionnel.

Fiche en cours d’enrichissement.

Caractérisé par des déficits dans l’acquisition et l’exécution de bonnes compétences de coordination motrice ; il se manifeste par de la maladresse ainsi que par de la lenteur et de l’imprécision dans la réalisation des tâches motrices, ce qui interfère avec les activités de la vie quotidienne.

Le trouble développemental de la coordination persiste souvent à l’âge adulte, en entraînant une altération du fonctionnement social, universitaire et professionnel.

Fiche en cours d’enrichissement.

Connu sous le nom de « troubles dys », il est diagnostiqué quand il existe des déficits spécifiques dans la capacité de la personne à percevoir ou à traiter des informations de manière efficace et exacte.

Ce trouble neurodéveloppemental se manifeste initialement pendant les années d’apprentissage scolaire structuré et est caractérisé par des difficultés persistantes et handicapantes dans l’apprentissage des compétences scolaires fondamentales pour ce qui est de la lecture, de l’écriture et/ou des mathématiques.

Les performances de la personne dans les compétences scolaires perturbées sont nettement en dessous de la moyenne pour son âge, ou bien un niveau de performances acceptable n’est obtenu qu’au prix d’efforts très importants.

Un trouble spécifique des apprentissages peut survenir chez une personne qui a été identifiée comme intellectuellement douée, et ne se manifester que lorsque les exigences de l’apprentissage ou des procédures d’évaluation créent des obstacles qui ne peuvent être surmontés par son intelligence naturelle ou par des stratégies de compensation.

Pour tous les individus, un trouble spécifique des apprentissages peut entraîner un handicap, notamment professionnel, qui dure toute l’existence pour ce qui est des activités qui dépendent des compétences affectées.

Fiche en cours d’enrichissement.

Ils incluent le trouble du langage, le trouble de la phonation, le trouble de la communication sociale et le trouble de la fluidité verbale apparaissant durant l’enfance (bégaiement).

Les trois premiers troubles sont caractérisés respectivement par des déficits dans le développement et l’utilisation du langage, de la parole et de la communication sociale.

Le trouble de la fluidité verbale apparaissant durant l’enfance est caractérisé par des perturbations de la fluidité normale de l’articulation de la parole, avec la répétition de sons ou de syllabes, la prolongation de consonnes ou de voyelles et des mots qui sont hachés, bloqués ou bien produits avec un excès de tension physique.

Les troubles de la communication débutent tôt dans la vie et peuvent entraîner une altération fonctionnelle qui dure toute l’existence.

Fiche en cours d’enrichissement.

Caractérisé par une difficulté à comprendre et une limitation dans la rapidité des fonctions mentales sur le plan de la compréhension, des connaissances et de la cognition.

Les incapacités qui en découlent peuvent avoir des degrés différents et perturber l’acquisition de la mémorisation des connaissances, l’attention, la communication, l’autonomie sociale et professionnelle, la stabilité émotionnelle et le comportement.

Le handicap mental est la conséquence sociale d’une déficience intellectuelle.

Fiche en cours d’enrichissement.

Focus sur les troubles du traitement sensoriel

Les troubles du traitement sensoriel (ou dysfonction du traitement de l’information sensorielle) surviennent quand une personne éprouve de la difficulté à interpréter les stimuli sensoriels, ce qui a pour conséquence de déclencher chez cette personne des troubles de l’humeur et du comportement.

Les personnes touchées semblent submergées par ce qui paraît être pour toute autre personne un niveau normal de stimuli sensoriels (par ex., un bruit ordinaire, de la lumière, un simple toucher). Il est important de savoir à quel moment une personne éprouve des troubles du traitement sensoriel, car il y a des façons de déterminer quels sont les déclencheurs sensoriels et de fournir un meilleur « régime sensoriel ».

Focus sur le Haut Potentiel Intellectuel

Avoir un Haut Potentiel Intellectuel (HPI) n’est ni une maladie ni un diagnostic., Le haut potentiel intellectuel (HPI) est un terme utilisé pour décrire les personnes qui ont un QI (quotient intellectuel) supérieur à la moyenne. Il est souvent utilisé pour décrire les personnes qui ont un QI supérieur à 130. Les personnes considérées comme ayant un HPI ont généralement une capacité mentale supérieure à la moyenne, ce qui les rend plus aptes à résoudre des problèmes complexes, à comprendre les idées abstraites et à apprendre rapidement.

Il est important de noter que le QI n’est qu’un aspect de la compréhension de l’intelligence, il ne mesure pas toutes les formes d’intelligence. Les personnes ayant un HPI peuvent avoir des talents, des intérêts et des compétences uniques, mais elles peuvent également faire face à des défis particuliers tels que l’ennui ou l’isolement social.

Il est également important de noter que la notion de HPI est souvent controversée et qu’il existe différentes perspectives sur ce qu’il représente. Certaines personnes soutiennent qu’il est important de reconnaître les besoins éducatifs et les défis uniques des personnes ayant un HPI, tandis que d’autres estiment qu’il ne faut pas les catégoriser de manière spécifique. Il est important de considérer les personnes individuellement et de leur fournir les ressources appropriées pour les aider à atteindre leur plein potentiel.

Focus sur les troubles psychiques

Les troubles anxieux, la phobie sociale, la dépression, les troubles bipolaires, les troubles du spectre de la schizophrénie, les troubles de la personnalité sont très fréquents et ont aussi des conséquences sur la vie au quotidien des personnes concernées.

Vous trouverez ci-dessous des fiches détaillées du Psycom concernant : 

Après avoir consulté un médecin généraliste pour évaluer vos besoins en fonction de votre situation et de vos ressentis, nous suggérons de consulter le plus rapidement possible un professionnel de santé mentale en Centre Médico-Psychologique ou en libéral.

Toute personne peut se trouver dans une détresse psychique intense, nécessitant de l’aide rapidement. Les Urgences Psychiatriques accueillent des patients consultants spontanément, accompagnés par les pompiers, le SAMU ou la police, ou bien adressés par les structures hospitalières et cliniques environnantes ne disposant pas de psychiatres. En cas d’urgence, composez le 15 ou le 112, le SAMU doit toujours être contacté en cas de doute. Il pourra soit déclencher les secours, soit vous indiquer la structure vers laquelle vous tourner.

Focus sur la démarche diagnostique en santé mentale

La démarche diagnostique en santé mentale est le processus utilisé pour identifier et diagnostiquer une condition mentale ou de comportement spécifique.

Elle comprend généralement les étapes suivantes :

  • Entretien avec le patient : Un médecin psychiatre établira un contact avec le patient, posera des questions sur les symptômes et l’histoire médicale, et évaluera les facteurs de risque pour une condition mentale ou de comportement spécifique.
  • Examen physique : Un médecin effectuera un examen physique pour écarter les causes médicales sous-jacentes des symptômes.
  • Évaluation psychologique : Un psychologue ou neuropsychologue effectuera des tests psychologiques et des questionnaires pour évaluer les symptômes et la gravité de la condition mentale ou de comportement spécifique.
  • Diagnostic : Le médecin psychiatre utilisera les informations obtenues lors de l’entretien, de l’examen physique et de l’évaluation psychologique pour établir un diagnostic. Il se basera sur les critères de diagnostic établis par les manuels diagnostiques tels que le DSM-5 ou la CIM-11.
  • Plan de traitement : Le médecin psychiatre élaborera un plan de traitement pour la condition mentale ou de comportement diagnostiquée, en utilisant une combinaison de thérapies et de médicaments.

Il est important de noter que ce processus peut varier selon le type de condition mentale ou de comportement en question, les ressources disponibles et la pratique de chaque professionnel de santé mentale.